Guide d’achat : comment choisir son smartphone ?

Smartphones

Comment choisir son smartphone

Près de 30 marques différentes et des prix qui varient de 50 à 900 € : choisir un smartphone est un véritable casse-tête ! Système d’exploitation, taille de l’écran, puissance du processeur et des autres composants, taille de la mémoire interne… Voici les critères à prendre en compte pour choisir un modèle adapté à vos besoins.

Smartphone

Le système d’exploitation

Comme un ordinateur, un smartphone fonctionne avec un système d’exploitation. Il en existe plusieurs, mais Google domine complètement les autres avec son système Android (installé sur plus de 80 % des smartphones en circulation). Celui d’Apple, baptisé iOS, équipe les iPhone. Microsoft propose quant à lui Windows Phone, proposé par différents constructeurs au premier rang desquels Nokia (que Microsoft a d’ailleurs racheté en avril 2014). D’autres systèmes subsistent, mais se marginalisent (Blackberry).

Chacun a sa logique en termes d’organisation et de navigation à travers les menus. Chacun a également son univers graphique, son environnement logiciel et sa boutique d’applications en ligne (lire encadré).

Android

Androide Device Manager

Google a mis au point Android et laissé les fabricants libres de l’intégrer à leurs smartphones. Cette stratégie s’est avérée gagnante, d’autant que le système s’est beaucoup amélioré avec les années. Samsung a contribué à ce succès, comme HTC, LG ou encore Sony. Les fabricants moins célèbres (qui proposent pour certains des appareils intéressants comme le montrent régulièrement nos tests), comme Acer, Haier, Huawei ou Wiko optent également pour Android. La boutique en ligne d’Android est le Google Playstore. Des centaines de milliers d’applications sont disponibles.

Bon à savoir :

  • La  version d’Android installée sur l’appareil est un argument de vente. Les smartphones haut de gamme intègrent systématiquement la version la plus récente, pas les appareils plus abordables. Qu’importe ! Les différences de l’une à l’autre se limitent le plus souvent à quelques améliorations graphiques ou petites fonctions nouvelles.
  • Pour se distinguer de la concurrence, les fabricants ajoutent une couche logicielle « maison » qui leur permet de proposer une interface graphique et quelques fonctions exclusives. Mais ils sont contraints d’intégrer par défaut les applications de Google, comme Gmail, Google Maps, Youtube, Drive, Hangouts, etc.

iOS

ios

Si vous voulez un iPhone, vous choisissez de fait le système iOS puisque ce système est exclusif à Apple. Apple propose également un environnement logiciel complet : Plans pour la cartographie, Safari pour la navigation sur Internet ou encore FaceTime pour les appels vidéo. Vous pourrez installer les applications de votre choix en les téléchargeant dans la boutique en ligne App Store, qui propose elle aussi des centaines de milliers de choix.

Bon à savoir :

  • Les mises à jour successives du système ne sont disponibles que pour les modèles récents d’iPhone. Apple cesse progressivement de mettre à jour ses appareils qui, de toute façon, ne pourraient pas forcément le supporter à cause de leur vétusté matérielle.

Windows Phone

Windows phone

Le système de Microsoft est ouvert à tous les fabricants, mais on peut dire qu’il se cantonne aux appareils Nokia. Arrivé tardivement sur le marché, Windows Phone a eu du mal à percer. Grâce à sa notoriété et à son savoir-faire reconnu, Nokia lui a ouvert une fenêtre sur le grand public. Le système et son environnement restent timides, pourtant ils ne sont pas dénués de qualités. Microsoft a réussi à se distinguer des autres systèmes avec une logique de navigation propre et une interface en tuiles dynamiques innovante. Moins populaire, la plate-forme n’est pas une priorité pour les développeurs d’applications (rémunérés en pourcentage du nombre de téléchargements), les fournisseurs de services ou les fabricants d’accessoires. Par exemple, il est encore difficile de trouver un bracelet connecté compatible avec un Windows Phone.

 

La taille de l’écran

Taille ecran

L’écran est évidemment un composant essentiel du smartphone. Il existe plusieurs technologies : LCD, Super LCD, LED, IPS, Amoled, Super Amoled, CBD… Sans entrer dans le détail des technologies, sachez que les plus abouties, économes en énergie, offrant une très bonne luminosité ou bien un large angle de vue, sont utilisées pour les smartphones les plus chers.

Les écrans qui équipent les smartphones moins haut de gamme sont parfois moins réactifs ou moins lumineux, mais restent utilisables. C’est surtout de la taille de l’écran dont il faut se soucier au moment de faire son choix. Entre un petit smartphone de 3,8 pouces (9,6 cm) et un maxi modèle de 6 pouces (15,2 cm), l’encombrement varie énormément. Plus confortables pour regarder un film ou rédiger un message, les grands smartphones sont souvent désignés par le terme « phablette » en référence aux tablettes tactiles, dont ils se rapprochent. À contre-courant, Apple conserve une diagonale de 4 pouces (10,1 cm) pour son iPhone, afin qu’il soit utilisable avec une seule main. Mais le fabricant pourrait changer son fusil d’épaule lors de la prochaine génération.

Notez que la résolution de l’écran est variable : l’entrée de gamme se limite à du 800 x 480 pixels au mieux alors que le très haut de gamme monte à 1920 x 1080 pixels (autant que sur un téléviseur full HD !). Une bonne résolution apporte une précision d’affichage, plus de netteté et un meilleur confort visuel.

 

La mémoire

Photos, vidéos, applications… Vous aurez besoin de stockage dans votre smartphone. Les modèles d’entrée de gamme sont généralement limités à 4 Go, ce qui est très insuffisant. Si votre se choix se porte sur un modèle à moins de 16 Go, assurez-vous dans ce cas que le smartphone dispose d’un port de carte mémoire pour étendre le stockage. Une mémoire interne de 32 ou 64 Go devient suffisante.

Bon à savoir :

  • La mémoire annoncée par les fabricants ne correspond pas à la mémoire réellement disponible pour l’utilisateur. Le système et les applications installées par défaut occupent un espace loin d’être négligeable. Par exemple, l’iPhone 5S de 16 Go ne laisse que 14,7 Go à l’utilisateur, le LG G2 ne laisse que 10,6 Go sur les 16 Go annoncés.

 

Le processeur

Les smartphones haut de gamme, qui intègrent de nombreuses fonctions, exigent un processeur puissant pour fonctionner avec fluidité. Le Samsung Galaxy Note 3 permet par exemple de diviser l’écran pour utiliser deux applications simultanément, une multiplication des tâches qui requiert de la ressource. Trois grands fournisseurs se partagent le marché des smartphones. Qualcomm fournit les smartphones Android soignés ; Apple équipe lui-même ses iPhone (il ne fabrique pas lui-même les processeurs) ; Mediatek fournit des processeurs aux modèles de gamme moyenne ou moins. Reste ensuite à vérifier la cadence, qui s’échelonne de 800 Mhz sur les smartphones bas de gamme à plus de 2 GHz sur les modèles dernier cri.

Bon à savoir :

  • Un smartphone bon marché intègre généralement un processeur peu puissant qui peut saturer rapidement, laissant  apparaître des saccades lors de l’utilisation. Aucun souci sur les smartphones soignés, les fabricants adaptent le processeur aux besoins de l’appareil.

 

L’appareil photo

appareil photo

L’appareil photo d’un smartphone ne peut pas rivaliser avec un hybride ou un reflex, mais sur certains modèles, il vaut largement un compact. Les options proposées sont très élaborées et la qualité des photos est parfois impressionnante. C’est le cas sur certains smartphones Sony ou Nokia notamment (23 Mpx sur le Xperia Z5, 38 Mpx sur le Lumia 1020). Surfant sur la vague du « selfie », qui consiste à se prendre en photo soi-même et à publier directement sur les réseaux sociaux, les fabricants soignent de plus en plus le capteur frontal, qui atteint par exemple 13 Mpx sur le HTC Desire Eye. Côté vidéo, les meilleurs sont capables de filmer en très haute définition (3840 x 2160 pixels).

 

Le DAS

Les fabricants ont l’obligation de mentionner le DAS (débit d’absorption spécifique) de chacun de leurs modèles. Plus il est bas, moins l’appareil émet d’ondes pour « accrocher » le réseau. Un DAS de moins de 0,4 W/kg peut être considéré comme faible.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s